Le site du mensuel de l'Eglise réformée vaudoise

La «Vallée des Chrétiens» abritent 210 000 chrétiens

Depuis le début de la guerre en Syrie, de nombreux chrétiens se sont réfugiés au cœur du Waldi al-Nasara, à 50 km à l'ouest de Homs. Epargnée par les combats, entourée de hautes montagnes, cette région en bordure de la frontière libanaise est nommée «Vallée des Chrétiens». Ce sanctuaire abrite acuellement 210 000 chrétiens, dont 8000 familles déplacées.

3000 nouvelles familles sont en train de rejoindre ce havre de paix pour fuir la violence de la guerre, rapporte l’Œuvre d’Orient, une œuvre d’Eglise basée à Paris, qui soutient depuis la moitié du XIXe siècle les communautés chrétiennes au Moyen-Orient. En 5 ans, faute de travail et de logement, 75 000 jeunes ont déjà quitté la région pour un pays étranger. Et de nombreuses familles s’apprêtent à les suivre si rien n'est fait.

Vaste projet des Eglises locales

Sous l’égide des Eglises locales, grecque-melkite catholique et orthodoxe, un comité composé de laïcs et de religieux a décidé de lancer un vaste projet de construction de logements. «Les jeunes couples ont prioritairement besoin d’un espace de vie pour fonder une famille», explique le Père jésuite Ziad Hilal, qui contribue à la mise en œuvre de ce plan d’action, avec l'aide de diverses ONG.

L’Œuvre d’Orient soutient notamment un projet d’une usine de fabrication d’équipement mobilier dans le Wadi al-Nasara, car une telle production est importante pour les nombreux habitants de cette région. Depuis le début du conflit, de nombreux Syriens chrétiens se sont réfugiés dans cette zone frontalière avec le Liban. La «Vallée des Chrétiens», de par sa stabilité et de par sa main d’œuvre expérimentée, contribue à la prospérité de l’industrie syrienne.

Eviter l'émigration

Dans cette région, la création de plusieurs entreprises est prévue. «Nous souhaitons développer un élevage de poulets, une fabrique de meubles…dont la faisabilité a été étudiée par des spécialistes. Cela répond aux besoins locaux et créera beaucoup d’emplois», précise pour sa part le Père pauliste Walid Eskandafi, directeur du projet humanitaire sur place, ajoutant que «ces projets vitaux pour enraciner les jeunes ont besoin d’être financés au plus vite!»

La population de la «Vallée des Chrétiens» souffre d’un grave manque d’eau, de nourriture, de carburant et d’électricité, note pour sa part le Patriarcat de Moscou, qui qualifie la situation humanitaire sur place de «catastrophique». Le Centre russe pour la réconciliation des belligérants sur le territoire de la République arabe syrienne, avec l’aide du Département des relations ecclésiastiques extérieures du Patriarcat de Moscou (DREE) et de la Section moscovite de la Société impériale orthodoxe de Palestine, a fait parvenu un premier convoi d’aide humanitaire dans cette région.

Aide du Patriarcat de Moscou

Le DREE rappelle que le Patriarcat de Moscou continue à entretenir des liens étroits avec les leaders et les représentants des communautés chrétiennes de Syrie et à agir pour la défense de leurs droits dans tous les domaines. La «Vallée des Chrétiens» est un ensemble de village dans la province d’Homs, où résident principalement des chrétiens. A l’heure actuelle, la population est chiffrée à environ 250 000 personnes. «Dans un contexte d’opérations militaires et de violentes persécutions de la part des extrémistes», souligne le DREE, la «Vallée des Chrétiens» est restée un refuge sûr pour bien des croyants de Syrie.

Le Synode de l’Eglise orthodoxe russe a publié à plusieurs reprises des déclarations sur la situation des chrétiens au Proche Orient. Le patriarche de Moscou ne manque pas d’en parler lors de ses rencontres avec les chefs d’Etat et les responsables des organisations internationales, notamment avec les autorités de la Fédération de Russie. L’Eglise orthodoxe russe travaille en permanence sur ce thème avec le ministère des Affaires étrangères russe.

Le métropolite Hilarion de Volokolamsk, président du DREE, n'hésite pas à parler d'un «véritable génocide de la population chrétienne qui se produit sous nos yeux sur les terres d’où la Bonne Nouvelle a été répandue dans le monde entier», une tragédie peu évoquée par les grands médias internationaux. - cath.ch-apic/oeuvred'orient/mospat/be

 

  • Évaluer cet élément
    (1 Vote)
  • Lu 540 fois
Veuillez vous connecter pour commenter
  • Aucun commentaire trouvé

Laissez un commentaire

Connectez-vous pour commenter
Retour en haut