Le site du mensuel de l'Eglise réformée vaudoise

Les responsables religieux belges au créneau pour défendre les cours de religion

Les responsables religieux de Belgique ont réagi le 6 septembre à Bruxelles pour dénoncer les manquements constatés dans la mise en œuvre des cours de religion dans les écoles primaires.

Les responsables des communautés catholiques, orthodoxes, protestantes, évangéliques, anglicanes, israélites et musulmanes réunis en urgence ont été choqués d'apprendre que dans certaines écoles officielles, le cours de religion n’est pas donné, ou que les professeurs de religion sont empêchés de rencontrer leurs élèves confinés dans des salles d’étude, rapporte le site catholique belge cathobel.

La reprise des cours de religion et de morale à Bruxelles a pris un retard important en raison de la mise en place de l’Encadrement pédagogique alternatif (EPA). Cette année, en effet, les parents d’élèves ont jusqu’au 15 septembre pour choisir si leur enfant va suivre un cours de religion, de morale ou la troisième option de l’encadrement pédagogique alternatif (EPA). Durant ce délai, voire jusqu'au 1er octobre, plusieurs écoles n'ont pas organisé les cours de religion qui auraient dû commencer le 1er septembre. Pour les évêques belges, ce retard est inadmissible. Les autorités scolaires doivent respecter les droits des élèves et des enseignants.

Défendre les valeurs

A l’issue de leur rencontre, les responsables des cultes souhaitent redire aux parents combien le cours de religion est important à leurs yeux. En effet, les valeurs de foi, de justice, de dialogue et de paix, que l’on retrouve dans toutes les convictions, permettent aux élèves non seulement d’approfondir les racines de leur culture religieuse, mais sont aussi des leviers puissants pour construire le vivre ensemble.

A côté du cours d’éducation à la philosophie et à la citoyenneté, les responsables des communautés religieuses insistent pour que le cours de religion soit effectivement maintenu. «Dans notre société, la liberté religieuse et la liberté d’expression sont des libertés fondamentales. Un cours de religion permet aux élèves de mieux connaître et d'interroger le contenu de la foi. Il leur donne des critères et des grilles de lecture pour exprimer leurs convictions dans une société multiculturelle.»

Les responsables des communautés religieuses regrettent enfin la pression exercée sur les parents par la Fédération des associations de parents de l'enseignement officiel (Fapeo). La Fapeo les incite en effet, par voie de tract, à demander la dispense des cours de religion et de morale, afin de suivre deux heures d’éducation à la philosophie et à la citoyenneté. «Les parents catholiques, musulmans, juifs, orthodoxes, protestants, évangéliques ont-ils été consultés pour rédiger ce tract ? Comme tels, ils n’ont pas été respectés et nous souhaitons le dénoncer», concluent-ils. - cath.ch-apic/cathobel/mp

  • Évaluer cet élément
    (0 Votes)
  • Lu 466 fois
Veuillez vous connecter pour commenter
  • Aucun commentaire trouvé

Laissez un commentaire

Connectez-vous pour commenter
Retour en haut